[Until Dawn] Critique Frissonnante sans Spoilers !

En tant que joueur, nos attentes sont souvent différentes. J’aurai tendance à dire que ce qui m’importe le plus, c’est une bonne histoire, un bon gameplay ou idéalement les deux. En 2012 à la Gamescom, Sony nous avait présenté un véritable jeu d’horreur. Moi qui fût biberonné par Freddy Krueger, Jason Voorhees,… je ne pouvais que me réjouir. Initialement prévu sur PS3, jouable au PS Move, il aura fallu attendre 3 ans et le passage sur PS4 pour, manette en main, me faire ma propre opinion sur l’expérience Until Dawn. Le plus difficile ces dernières semaines à l’approche de la sortie planifiée le mercredi 26 août aura été de ne pas être spoilé par les différents trailers, screenshots,… promotionnels diffusés. Jusqu’à jeudi dernier, date choisie pour la présentation du jeu en compagnie des Game Developper, je me refusais obstinément de découvrir la moindre image ou de lancer la moindre bande annonce pour ne pas gâcher mon propre plaisir.

Plongé dans l’ambiance cossue d’un chalet, le Game Designer, Steve Goss (à lire son interview par Quantic), aura finalement arraché mes œillères en dévoilant une partie de chapitre et donc de l’histoire lors d’une présentation très dynamique. Une présentation qui m’a encore plus donnée envie de jouer à Until Dawn d’autant que l’accent fût mis sur les choix possibles mais aussi sur la peur réelle en jeu. Une peur que j’ai brièvement expérimenté pendant la présentation car oui j’ai réussi à me saisir, mais que j’allais pouvoir expérimenter installé dans mon canapé car à l’occasion de cet Event, je me suis vu remettre le press kit. J’ai décidé expressément de vous présenter celui-ci une photo afin de ne pas dévoiler certains éléments…

Dès les premières minutes, on comprend rapidement que l’aventure horrifique proposée par Supermassive Games se rapproche plus d’une expérience cinématographique. L’histoire nous propose d’incarner à tour de rôle l’un des huits adolescents le temps d’un week-end dans un chalet isolé dans les montages enneigées canadiennes. Un week-end qui se voulait être festif mais qui va rapidement sombré dans l’horreur. On sait que l’histoire se veut interactive où le plus petit de nos choix pourra influencer le déroulement. Ce qu’on ne sait pas par contre, c’est combien de personnages sur les huit protagonistes, le joueur emmènera jusqu’à l’aube lors de son histoire, sa propre histoire. Pour reprendre les dires de Steve Goss: Dead is dead !

Ce constat implique encore plus le joueur dans le jeu car il est impossible de sauvegarder sa partie pour revenir en arrière et faire d’autres choix. Notre progression se sauvegardera uniquement entre chaque chapitres, introduits par un « Until Now », telle une série TV, qui résume nos précédents choix. Mais les choix artistiques ne s’arretent pas là car Until Dawn réussit le pari d’impliquer encore plus le joueur entre chaque chapitre grâce à des interludes particulièrement réussies, interludes qui influenceront notre partie.

Au niveau gameplay, on se trouve rapidement en terrain connu quand il s’agit d’histoire interactive. On devra effectuer des choix, plus ou moins rapidement au stick en maintenant une direction, réussir une succession de QTE, le tout tinté de quelques phases d’exploration. A cela s’ajoute l’exploitation du Dual Shock 4, il est même possible de jouer avec la détection des mouvements, avec le tactile le gyro mis à contribution. J’ai apprécié cette dernière option stressante dans la pratique lors de certaines scènes.

De plus, si la PlayStation Caméra est reliée à votre PS4, le jeu filmera et enregistrera vos plus beaux sursauts. Des sursauts, nombreux, au coeur même de ma propre expérience à la découverte d’Until Dawn. Marketé comme un jeu qui fait réellement peur, le jeu est à mon sens majoritairement angoissant, stressant, parfois malsain mais la majorité des moments effrayants sont en réalité des « Scare Jumps », à savoir me concernant de jolis sursauts, certains agrémentés de petits cris plus ou moins stridants.

La technique n’est d’ailleurs pas en reste et facilite elle aussi notre immersion. Les différents acteurs se sont prêtés à la capture de leurs performances et le résultat est particulièrement réussi. Certaines expressions faciales sont bluffantes et la VO, avec la possibilité de sous-titrage FR, se veut réaliste. Les graphismes et plus spécifiquement les effets de lumières sont quant à eux superbes. Pour finir, mention spéciale à Jason Graves, le compositeur de la musique, comme dans toute bonne production horrifique, la musique et les effets sonore jouent un rôle à part entière et la musique d’Until Dawn est vraiment réussie.

Actuellement au cours de ma 3ème partie, je peux vous dire que vos choix (relationnels, actions,… ) auront de réelles conséquences, immédiates ou éloignées, sur l’histoire et c’est là qu’Until Dawn réussit ses promesses. A cela s’ajoute de vraies séquences bien stressantes, horrifiques voire gores au cours desquelles tout amateur de films d’horreur sera ravir d’interagir. J’ai beau avoir adoré Until Dawn, cela ne m’empêche pas d’émettre quelques réserves, certaines propre au genre, à propos de mon expérience de jeu. Avec pour inspiration scénaristique de nombreux films d’horreur connus, on pense à Saw, Cold Prey, Scream… Difficile de ne pas éviter certains clichés du genre, telle la caricaturisation outrancière de certains personnages. En dehors de ces quelques bémols, et pour peu que vous évitiez la version française, je ne peux que vous conseillez l’expérience interactive Until Dawn, surtout si vous êtes fan de films d’horreur.

  1. superbe présentation du jeu, sans spoiler !
    juste une question, si on est pas spécialement fan de films d’horreur le jeu – d’après toi – est-il intéressant ?

  2. Ce kit presse est vraiment hyper classe ! Dommage qu’il ne soit pas disponible en édition collector… :cry:

  3. Une excellente suprise pour ma part. J’ai adoré!
    Et au passage, très jolie kit presse

  4. D’habitude, je ne suis pas une fan de survival horror, mais je dois avouer que j’ai été plutôt impressionnée par Until Dawn. En tout cas, j’essayerais bien celui qui est en réalité virtuelle, juste pour voir comment c’est.

Laisser un commentaire


NOTE - Vous pouvez utiliser les éléments et attributs HTML tags and attributes:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>